La vie professionnelle

Pandémie de COVID-19

Au front dans les résidences

Nathalie Vallerand  |  2021-03-29

Depuis le début de la crise sanitaire, plusieurs médecins de famille se sont portés volontaires pour gérer des éclosions dans les résidences privées pour aînés ou y assurer un filet de sécurité. Témoignages.

Au Québec, où 300 000 personnes ont été infectées par le coronavirus, des dizaines de milliers de patients risquent de souffrir du syndrome post-COVID. Quels en sont les symptômes ? Comment prendre en charge les personnes touchées ?

C’est le patient qui a la réponse !

Élyanthe Nord  |  2021-03-29

Premier vice-président de la FMOQ et président de l’Association des médecins omnipraticiens de Laurentides–Lanaudière (AMOLL), le Dr Marc-André Amyot estime que la pandémie a permis plusieurs avancées sur lesquelles on peut construire un système de santé plus efficace.

S’adapter sans cesse

Louis Godin  |  2021-03-03

Alors que nous sortons probablement de la phase la plus aiguë de la seconde vague de la pandémie qui nous afflige depuis près d’un an, il est raisonnable de croire que les jours meilleurs approchent véritablement enfin. La baisse quasi constante des cas positifs, des hospitalisations et des décès observée au cours des dernières semaines est incontestablement de bon augure, à moins évidemment que les variants nous fassent basculer dans une troisième vague. Les plus récentes données extrêmement encourageantes sur l’efficacité des vaccins, ainsi que l’accessibilité prochaine à grande échelle desdits vaccins, sont aussi synonymes d’espoir. Puisqu’il est toujours possible que ces variants nous propulsent dans une troisième vague, accordons-nous le droit d’aspirer à des jours meilleurs, tout en étant conscient que la situation reste fragile.

Des chercheurs québécois ont découvert que 85 % des travailleurs de la santé qu’ils ont suivis se sont bien adaptés à la première vague de COVID-19. Ces participants font partie des résilients et de ceux qui se sont rétablis sur le plan psychologique. Mais deux autres profils de réactions existent aussi.

On ne survit pas toujours sans dommage à la COVID-19. Et parmi ses séquelles potentielles pourraient se trouver les troubles psychiatriques. Dans les semaines ou les mois qui suivent l’infection, un patient sur cinq pourrait recevoir un tel diagnostic, selon une étude récente. Un taux plus élevé qu’après une grippe ou une autre infection respiratoire.